Villes 2.0 et gestion de flotte : quels impacts ?

Temps de lecture : 4 minutes

« Ville durable », « ÉcoCité », « Ville prudente »… La mobilité urbaine de demain se dessine grâce à de nouveaux concepts et dispositifs. Découvrez comment les agglomérations pensent leur politique de transports et comment cela impacte la gestion de flotte des entreprises…

Dans les années 50, les citadins représentaient moins de 30 % de la population mondiale. En 2035, cette proportion pourrait atteindre 70 à 80 %.

Plus que jamais, les villes font donc face à de nombreux défis en matière de mobilité. Elles doivent notamment concentrer leurs efforts sur la régulation des flux de transport, afin de préserver l’environnement et d’améliorer en permanence la sécurité des personnes et des biens.
Pour les y aider, des initiatives (projets, programmes, labels…) voient régulièrement le jour. C’est le cas notamment d’« ÉcoCité », une des démarches phares créées par l’État.

Un concentré de solutions pour votre MOBILITE !
Zéro Note de Frais, Espace Client dédié à la gestion de flotte, récupération TVA facilitée...

Faciliter la transition écologique des collectivités locales

écocité« ÉcoCité » permet aux métropoles et aux grandes agglomérations volontaires d’être accompagnées dans la transition écologique. Objectif ? Encourager de nouvelles façons de concevoir, construire et gérer la ville, dans le cadre d’une action baptisée « Ville de demain ». 668 millions d’euros sont consacrés à ce programme, dont la part dédiée à la mobilité est un volet majeur.

Ainsi, une trentaine d’agglomérations (comme Strasbourg, Metz, Toulouse, Nantes, Lyon, Rennes ou encore Nice) ont déjà investi dans des actions concrètes d’amélioration : auto-partage de véhicules, bornes de recharge électrique, éco-mobilité des marchandises, parcs de stationnement mutualisés

Sur le concept anglophone de « smart cities » (villes intelligentes), les agglomérations utilisent aussi le numérique pour proposer des solutions de mobilité innovantes visant à limiter le trafic. Ainsi, certaines d’entre elles, comme le Grand Lyon, ont mis en place un « pass urbain », qui permet aux usagers d’accéder aux transports en commun, aux parkings publics et aux infrastructures de transport et autoroutes avec un seul support.

[Pour aller plus loin et découvrir les actions en détail, connectez-vous à l’explorateur « ÉcoCité »]

Villes de demain : et la sécurité dans tout ça ? 
ville prudente
Au-delà de la notion d’environnement, la mobilité durable passe aussi par la sécurité. 
Pour valoriser l’engagement des communes en faveur de la lutte contre l’insécurité routière, la Prévention routière a lancé le label « Ville prudente » fin novembre 2017. Les collectivités territoriales souhaitant l’obtenir bénéficient de conseils et de fiches pratiques pour mettre en œuvre des actions de prévention routière au sein de leur commune.
5 niveaux de labellisation récompensent ainsi les efforts des villes et villages. 

Pour en savoir plus, connectez-vous sur www.villeprudente.fr

Des entreprises qui doivent se conformer aux nouvelles réglementations

reglementation auto entreprise
Les évolutions et nouveautés mises en place par les villes contraignent les entreprises à s’adapter en permanence aux politiques locales de transport. Certaines mesures fortes, comme la création de la pastille qualité de l’air Crit’Air en 2017, viennent interroger la composition de leur flotte et les énergies utilisées.

Avec la mise en place et la multiplication des zones de circulation restreintes (ZCR), il devient de plus en plus compliqué d’accéder au cœur des centres-villes. En effet, le transport de marchandises en milieu urbain est confronté à deux problèmes : la congestion des routes et le respect de l’environnement.
Pour livrer sur « le dernière kilomètre » (c’est-à-dire livrer le produit au destinataire final), les transporteurs doivent donc se tourner de plus en plus vers des énergies comme le gaz naturel pour véhicules (GNV) et l’électrique.

À Strasbourg par exemple, à partir du 1er septembre 2018, les véhicules roulant à l’une de ces deux énergies seront clairement avantagés. « Ces véhicules disposeront d’une heure supplémentaire pour livrer. Notre objectif final est de mettre fin aux livraisons diesel d’ici 2021 », explique Jean-Baptiste Gernet, adjoint au maire de Strasbourg en charge des déplacements et de la logistique urbaine.

« Objectif CO2 » : les transporteurs accompagnés pour réduire leurs émissions simplement
objectif c02
Pour répondre parfaitement aux nouvelles réglementations mises en place dans les villes, toutes les entreprises de transport de marchandises et de voyageurs peuvent participer au programme « Objectif CO2 ».
Ce dispositif gratuit, étalé sur trois ans, leur permet de réduire les gaz à effet de serre et les polluants atmosphériques issus de leurs activités.
 
Les transporteurs peuvent s’engager volontairement (comme plus de 1100 acteurs du TRM depuis 2008) et sont accompagnés par l’Ademe. Ainsi, des chargés de mission régionaux se déplacent pour réaliser un diagnostic CO2 et définir un plan d’action adapté pour atteindre un objectif chiffré de réduction d’émissions, sous trois ans.

Pour en savoir plus, lisez notre article « Transporteurs : et si vous vous engagiez dans Objectif CO2 » sur le portail GNV Mobilité.

Demain, une gestion de flotte différente

Comme la circulation routière dans les villes est de plus en plus contrainte, les modes de déplacement se transforment lentement mais sûrement. C’est le cas depuis quelques années avec le développement des déplacements à deux-roues, ou encore avec l’utilisation de modèles de véhicules plus petits.

Demain, les chefs d’entreprise et gestionnaires de flottes devront également intégrer davantage la mutualisation. En effet, certains analystes estiment que la mobilité collaborative devra inévitablement se généraliser, puisque le parc mondial de véhicules devrait quadrupler d’ici 2050 (avec près de 3 milliards d’unités en circulation), entraînant davantage de pollution et de saturation des réseaux.

Même si l’auto-partage et le covoiturage peinent encore à séduire, ils pourraient tout de même connaître un véritable essor car ils permettent de s’adapter aux réglementations.

 [Cet article vous intéressera aussi : RSE et flotte automobile : des solutions concrètes]
Pro-Moove vous recommande aussi :
Pourquoi le GNV est une énergie d’avenir pour votre flotte…
Projet « Villes respirables » : des répercussions à ne pas négliger !
RSE et flotte automobile : des solutions concrètes


Cet article vous a plu ? Partagez-le !
   

Plus d'articles à ce sujet

Tous les articles TOTAL

0 Commentaire

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CAPTCHA