Contrôle technique 2018 de nouveaux critères pris en compte

Le nouveau contrôle technique entrera en vigueur en mai 2018 et engendrera des sanctions plus sévères. Cette réforme, qui s’inscrit dans le cadre de la directive européenne de 2014/45, vise à harmoniser le contrôle technique entre les pays de l’Union.

Immobilisation immédiate du véhicule en cas de défaillance critique

Au total, 126 défaillances critiques déboucheront sur une interdiction de circuler immédiate. L’article 9 de la directive stipule : “En cas de défaillances critiques, le contrôle est considéré comme ayant échoué. L’État membre ou l’autorité compétente peut décider que le véhicule en question ne peut plus circuler sur la voie publique et que l’autorisation de circuler doit être suspendue pendant une durée limitée, sans que cela n’entraîne une nouvelle procédure d’immatriculation, jusqu’à ce que les défaillances soient rectifiées et qu’un nouveau certificat de contrôle technique soit délivré, prouvant que le véhicule est en état de circuler.”

Contrôle technique 2018 : quelles sanctions ?

Étriers de frein en mauvais état, feux de stop hors service ou encore pneus usés pourront engendrer l’immobilisation du véhicule. Si un défaut critique est relevé, vous recevrez une vignette qui vous permettra de circuler une journée, avant d’effectuer les réparations nécessaires. Passé ce délai de 24 heures, vous ne pourrez plus rouler avec votre véhicule, sous peine d’une amende de 135 euros.

 


Infographie : France Inter


Pro-Moove vous recommande aussi :

Contrôle technique : quels sont les motifs de contre-visite les plus fréquents ?
Un contrôle technique plus exigeant pour les véhicules diesel ?


Commentaire (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Des idées d'article ?

Cet article vous a plu ?

Newsletter Pro-Moove

Chaque mois, recevez les nouveaux articles qui accompagnent votre mobilité

A voir aussi