La direction des routes d’Île-de-France (Dirif) a testé l’installation de feux sur plusieurs bretelles d’autoroutes franciliennes. Comment fonctionne ce système de régulation ? Quels intérêts pour les automobilistes ? Nos réponses.

Des feux tricolores “intelligents” au service de la fluidité

Ce système de régulation fonctionne grâce à des capteurs installés sur les voies d’autoroute, qui permettent d’évaluer en temps réel la situation du trafic routier. Le feu reste au vert si le trafic est fluide. Au contraire, s’il est jugé trop dense, le feu rouge se met en marche à l’entrée de l’autoroute, sans jamais excéder 30 secondes d’attente.

Des résultats prometteurs

Expérimentés dans l’Est de la région Île-de-France, ces dispositifs de régulation du trafic engendrent des résultats déjà probants. Selon la Dirif, cette mise en place en période de pointe permettrait de diminuer le temps de trajet des automobilistes de 15 %, d’augmenter la vitesse moyenne (+ 10 km/h), de réduire de 20 % les risques d’accident ou encore de diminuer de 30 % les émissions polluantes.


Illustration de la Direction des routes d’Île-de-France

Alors que la capitale expérimente l’abandon des feux de tricolores afin de limiter le risque d’accident, la Dirif souhaite ajouter des feux sur autoroute pour fluidifier le trafic. Les feux tricolores ont encore de beaux jours devant eux…. Au total, 75 bretelles des autoroutes franciliennes devraient être équipées d’ici 2018.

Vous apprécierez aussi :
Vers une suppression des feux tricolores en ville ?


Commentaire (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Des idées d'article ?

Cet article vous a plu ?

Newsletter Pro-Moove

Chaque mois, recevez les nouveaux articles qui accompagnent votre mobilité

A voir aussi