Diesel : quelles amendes pour les véhicules qui bravent les interdictions ?

Temps de lecture : 2 minutes

Appliquée à Paris depuis juillet 2017, l’interdiction de rouler au volant d’un véhicule diesel ancien va être étendue à la proche banlieue à compter de juillet 2019. Le point sur les sanctions encourues par les automobilistes qui ne respecteront pas cette règle…

La réglementation concernant les véhicules thermiques évolue encore. Depuis juillet 2017, les véhicules diesel mis en circulation avant 2001, possédant une vignette Crit’Air 5, sont bannis des rues de la capitale (hors week-ends et la nuit de 20h à 8h).

Le 12 novembre dernier, les élus de la métropole ont voté une extension de cette interdiction à 79 communes de la proche banlieue situées à l’intérieur de la voie circulaire A86. Au total, 800 000 véhicules sont concernés par cette mesure visant à améliorer l’empreinte environnementale globale de la région et à se conformer aux législations vertes. Et cela n’est qu’une étape ! En effet, Paris souhaite voir disparaître de ses rues en 2024 (à l’occasion des Jeux olympiques), tous les véhicules roulant au gazole, quelle que soit leur date de mise en circulation.

>>> Cet article vous intéressera aussi : L’alternative « électro-mobilité » se précise…

Quels montants d’amendes si vous roulez quand même ?

En cas de non-respect des nouvelles règles, les contrevenants s’exposent à une amende de 68 € (pour les véhicules diesel légers) ou de 135 € (pour les poids lourds). Les amendes sont d’un montant identique si vous n’êtes pas en règle et si vous n’avez pas apposé votre vignette Crit’Air sur votre pare-brise, ou bien si vous décidez de prendre le volant les jours de pic de pollution avec une circulation alternée.

Des aides à la transition pour les professionnels
Pour aider les professionnels à anticiper le durcissement des règles et à acquérir un véhicule électrique, hydrogène ou GNV, la mairie de Paris a mis en place plusieurs mesures. Des aides financières allant de 1 000 € à 9 000 € (selon le type de véhicule) sont accordées aux TPE et PME de moins de 50 salariés situées à Paris et dans les départements 92, 93 et 94. 

Pro-Moove vous recommande aussi :
Bonus-malus écologique : un nouveau barème dès janvier 2019
Stationnement gênant : ça peut vous coûter cher !
L’alternative « électro-mobilité » se précise…


Cet article vous a plu ? Partagez-le !
   

Plus d'articles à ce sujet

Tous les articles TOTAL

0 Commentaire

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CAPTCHA