Contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique passe notamment par le fait de gérer une flotte neutre en carbone. Comment ? Premièrement en réduisant votre consommation, deuxièmement en neutralisant vos émissions. Des actions concrètes et beaucoup plus simples que vous ne le croyez !

CO2 : un tiers des émissions lié au trafic routier

Le mécanisme polluant est simple : en consommant du carburant, votre
véhicule émet du dioxyde de carbone (CO2), un gaz miscible dans l’air et
formant une barrière empêchant le réchauffement thermique solaire de se dissiper (c’est le fameux « effet de serre ») 

En France, un tiers des émissions de CO2 est lié à la circulation. Malgré la tenue de la COP21 en 2015, les émissions sont reparties à la hausse pour la première fois depuis 10 ans. Une tendance inquiétante…

Modifier ses habitudes de conduite : un véritable gain

Même s’il n’est pas toujours possible de se passer de sa voiture ni d’acheter un modèle moins polluant, vous pouvez d’ores et déjà agir sur les émissions de CO2 en modifiant simplement vos habitudes de conduite. Pour preuve : sur un même véhicule, un conducteur peut consommer jusqu’à trois fois moins de carburant qu’un autre.

Aller plus loin en neutralisant ses émissions

Cette nouvelle approche de vos habitudes de conduite permettra déjà de limiter vos émissions de dioxyde de carbone, sans pour autant les stopper. Pour aller plus loin, il est aujourd’hui possible de neutraliser ses émissions de CO2, en finançant des projets verts, comme la plantation de végétaux ou la construction d’infrastructures (voir notre encadré « Neutraliser ses émissions : quelles méthodes de compensation volontaire ? »). L’idée ? Lorsque vous émettez une quantité donnée de CO2, vous participez en conséquence au financement d’un projet qui « neutralisera » vos émissions. Contrairement aux idées reçues, compenser n’est pas si cher : neutraliser un an de trajets en voiture (40 000 km en moyenne pour les professionnels en France) coûte entre 25 et 50 euros.

Neutraliser ses émissions : quelles méthodes de compensation volontaire ?

- Plantation d’arbres pour stocker le CO2 dans la biomasse (par exemple : projet de reboisement de forêts de montagnes en Colombie)

- Implantations d’éoliennes afin de remplacer des sources d’émissions de CO2 (par exemple : le projet Mitcon vise à implanter des parcs éoliens en Inde)

- Amélioration de l’efficacité énergétique de certaines installations (par exemple : utiliser un four à bois moins gourmand)

Participez à une expérimentation pour la neutralité carbone

Total expérimente une nouvelle offre connectée pour les entreprises désirant neutraliser l’empreinte carbone de leur flotte, en réduisant la consommation de carburant et donc les dépenses, puis en compensant les émissions restantes. Une façon pour les entreprises de participer à la préservation de l’environnement, tout en économisant et en valorisant leur image auprès de leurs clients.

Cela vous intéresse ? Pour en savoir plus, cliquez ici ou inscrivez-vous pour en savoir plus.

Émissions de CO2 : les entreprises devront être plus transparentes

Les contraintes légales vont se durcir : 

> En 2030, la contribution climat énergie (taxe carbone) va peut-être avoisiner les 100 euros par tonne

> Demain, la TVS (taxe sur les véhicules de société) sera basée sur la consommation et les émissions réelles (en remplacement des émissions indiquées sur la carte grise)

> La loi de transition énergétique va obliger toutes les entreprises à être transparentes sur l’ensemble des émissions de CO2 (y compris les déplacements domicile/travail des collaborateurs)




Commentaire (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Des idées d'article ?

Cet article vous a plu ?

Newsletter Pro-Moove

Chaque mois, recevez les nouveaux articles qui accompagnent votre mobilité

A voir aussi