Constamment en quête d’améliorations, les entreprises cherchent tous les moyens à leur disposition pour répondre aux attentes de la RSE (responsabilité sociétale des entreprises). Cette approche globale peut se traduire par une gestion de flotte automobile éthique. Comment s’y prendre pour réussir ce défi ?

La politique RSE d’une entreprise est aujourd’hui un enjeu majeur auquel il faut répondre. Même les petites structures sont concernées. Généralement déclinée sous forme de charte, cette démarche s’applique autant à l’entreprise elle-même qu’à ses fournisseurs et à ses clients. Pour le public, c’est une garantie de s’adresser à des professionnels responsables face aux questions environnementales, sociales, sociétales… dans un contexte où la confiance est un critère d’achat devenu central.

Choisir des véhicules compatibles avec la RSE

Une flotte automobile responsable passe d’abord par les véhicules qui la composent. La car policy, qui détermine le catalogue de voitures proposées à vos collaborateurs, peut être réfléchie dans une approche RSE. Chaque modèle sélectionné doit répondre à des critères satisfaisants pour tout le monde : valorisant, confortable et pratique, bien sûr, mais aussi peu énergivore et à faibles émissions de CO2 et autres gaz à effet de serre. Sélectionnez ainsi les voitures en fonction des usages de vos collaborateurs : empruntent-ils régulièrement les autoroutes ? Choisissez alors  une berline essence ou diesel. Effectuent-ils uniquement des trajets en milieu urbain ? Une hybride est une opportunité. Peuvent-ils faire du covoiturage avec des collègues ? Evitez alors les citadines sans place à l’arrière. Le fait d’orienter vos choix en fonction de ces questions va permettre de réaliser des économies en carburant. TCO et RSE se rejoignent à ce niveau là.

Rester à l’écoute et savoir s’adapter

Les audits réalisés par des prestataires extérieurs peuvent vous aider dans vos prises de décisions. Les analyses  vous permettront de trouver des moyens efficaces pour réduire les émissions de CO2 de votre parc. Cela passe évidemment par un renouvellement régulier des véhicules proposés dans l’offre de la car policy, mais aussi, parfois, par des préconisations de redimensionnement à la baisse de la taille de la flotte. Le passage à un système en auto-partage peut être la solution adéquat si l’environnement le permet (parking disponible, outil de suivi pour s’assurer de la disponibilité des véhicules…). En effet, si les véhicules sont sous-utilisés, il peut être plus judicieux de recourir à un pool de véhicules en libre service. Une nouvelle philosophie à adopter qui réclame une communication importante auprès de tous les collaborateurs.

Des trajets optimisés

D’autres moyens de transport peuvent parfois être utilisés à la place de la voiture de fonction. Sur certains trajets, le train ou le métro seront des solutions plus rapides, moins fatigantes et moins coûteuses.

Encourager l’éco-conduite au sein de l’entreprise

Ces audits nécessitent une étude sur le long terme. Ils peuvent aussi révéler des différences notables entre chaque collaborateur sur la route. Le style de conduite peut, sur un même trajet, modifier grandement  la consommation de carburant, l’usure des pneus ou des freins, mais aussi les risques d’accidents. Grâce aux outils de télématiques embarqués, vous disposez au quotidien de tableaux statistiques vous permettant de lancer des alertes à bon escient. Une bonne communication sur ces points est déjà une première étape vers l’amélioration. Mais ce n’est pas tout : afin de transmettre durablement à vos collaborateurs les bons réflexes à avoir au volant, des conseils et des stages d’éco-conduite peuvent leur être dispensés. Ils y apprendront comment optimiser leur façon de conduire : freiner en anticipant plus tôt, ne pas rouler en surrégime, gagner en souplesse… En plus de diminuer vos dépenses (carburant, entretien, assurance), l’éco-conduite vous permettra de diminuer les émissions de CO2 et d’avoir ainsi un impact positif sur la planète, dans la droite ligne d’une politique RSE gagnante.

Agir au quotidien dans une démarche RSE

Si choisir des véhicules vertueux et encourager vos collaborateurs à conduire de manière responsable sont les leviers principaux dont vous disposez, d’autres moyens s’offrent à vous pour aller toujours plus loin :

– restez vigilant concernant le recyclage des pièces automobiles usées (comme les pneumatiques par exemple) ;

– faites appel à des partenaires partageant vos valeurs RSE en les faisant adhérer à votre charte dédiée ;

– responsabilisez vos collaborateurs lorsqu’ils commettent des infractions avec leurs véhicules de fonction en leur attribuant les amendes reçues ;

– assurez-vous régulièrement qu’ils disposent d’un permis de conduire valide ;

– mettez à disposition tous les outils nécessaires pour les sensibiliser au risque routier.

Vous apprécierez aussi :

Conduite responsable : nos bonnes idées pour mobiliser vos salariés
Comment optimiser votre TCO ?
La car policy : un enjeu stratégique majeur pour votre flotte

 


Commentaire (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Des idées d'article ?

Cet article vous a plu ?

Newsletter Pro-Moove

Chaque mois, recevez les nouveaux articles qui accompagnent votre mobilité

A voir aussi