Pour une entreprise, la décision de vendre un ou plusieurs véhicules n’est pas à prendre à la légère. Que ce soit pour privilégier un financement en LLD ou pour réduire la taille de la flotte, voici nos conseils pour avancer sereinement dans vos démarches.

De plus en plus, les entreprises font le choix de la location longue durée. Le Baromètre OVE 2016* publié en juin révèle d’ailleurs que 66 % des sociétés sondées (de plus de 10 salariés) estiment que ce financement va encore se développer d’ici 2019. Les arguments sont nombreux : davantage de liquidités, un risque financier moindre et des offres de services associés toujours plus intéressantes (maintenance, véhicule de remplacement, gestion des pneumatiques…). Et pour une flotte, même réduite, proposer aux collaborateurs des véhicules récents est évidemment un plus non négligeable.

Le lease-back : une solution pour dégager des liquidités

Bien plus qu’un effet de mode, la LLD s’installe durablement dans les mœurs. Les chefs d’entreprise ne sont plus uniquement tournés vers l’achat (comptant ou à crédit), le financement roi jusqu’ici. Les professionnels de l’automobile l’ont bien compris et proposent désormais d’accompagner cette transition par le lease-back. Le principe : ils rachètent tout ou partie du parc et mettent à disposition de l’entreprise ces mêmes véhicules (sans délai), désormais en LLD. Pour ceux trop anciens, ils laissent à l’entreprise la possibilité de choisir un véhicule plus récent. Les salariés ne sont donc pas ou peu impactés par ce virage engagé par l’entreprise.

Les avantages du lease-back :

  • Aucune démarche à engager pour trouver un acheteur pour chaque véhicule,
  • Garantie de profiter des services associés à la LLD,
  • Meilleure maîtrise de la trésorerie,
  • Facilité pour changer plus fréquemment les véhicules,
  • Pas d’attente pour les collaborateurs qui peuvent conserver le même véhicule.

Vente de véhicules : une réglementation spécifique pour les entreprises

Les entreprises propriétaires de leurs véhicules doivent parfois réduire la taille de la flotte. Baisse de l’activité ou des effectifs, recentrage des missions… les raisons sont variées mais il faut toujours agir vite et bien. Le gestionnaire doit alors engager différentes démarches pour parvenir à vendre les véhicules dans les meilleures conditions. Et s’il ne passe pas par le lease-back, des règles très précises doivent alors être respectées. Retrouvez ici plus de détails sur la marche à suivre lors de la vente d’un véhicule d’entreprise !

*Etude réalisée du 25 janvier au février 2016, par interview téléphonique, auprès d’un échantillon de 2993 gestionnaires de flotte (dont 2369 en Europe) d’entreprises d’au moins 10 salariés et détenant au moins 10 véhicules de fonction.

Baisse du nombre de véhicules : qu'en pensent les entreprises ?
Selon le Baromètre OVE 2016, 16 % des entreprises françaises interrogées envisagent de diminuer le nombre total de véhicules  (achetés et loués) dans les 3 prochaines années. 

Vous apprécierez aussi :

Restituer un véhicule de location dans les règles de l’art
Comment maitriser les coûts cachés de votre flotte


Commentaires (3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  1. Hugues Hortan

    Bonjour, je voulais savoir qui devait s’occuper de l’assurance de la flotte automobile dans le cas d’un Lease-back : l’entreprise, le loueur ou les deux ?

  2. Loïc Virlouvet

    Bonjour Hugues, Cela dépend en réalité des choix que vous ferez pour gérer votre parc automobile. Le dossier ” Flotte automobile : bien choisir son assurance ” pourra vous aider à obtenir l’information adéquate pour votre entreprise et prendre ainsi vos dispositions.

  3. Hugues Hortan

    Merci beaucoup pour votre réponse, je vais aller consulter votre dossier en détail !

Des idées d'article ?

Cet article vous a plu ?

Newsletter Pro-Moove

Chaque mois, recevez les nouveaux articles qui accompagnent votre mobilité

A voir aussi