Enfants en voiture : les règles à connaître

Temps de lecture : 3 minutes

Si vous êtes parent (ou futur parent), les questions concernant le transport des enfants en voiture se posent forcément. Et généralement, les « on dit » l’emportent sur les règles qui s’appliquent réellement… Retrouvez nos conseils pour distinguer le vrai du faux.

Un concentré de solutions pour votre MOBILITE !
Zéro Note de Frais, Espace Client dédié à la gestion de flotte, récupération TVA facilitée...

Âge, taille ou poids : quelle règle compte pour les sièges auto ?

La norme européenne distingue 5 catégories de sièges selon le poids de l’enfant. Basez-vous donc sur ces règles, en n’hésitant pas à demander conseil en magasin. En effet, certains types de sièges sont compatibles pour des poids similaires. Prenez le temps de tester les sièges lors de vos achats pour garantir la sécurité et le confort de votre enfant.

  • Enfant de moins de 13 kg

Lit nacelle (à positionner de manière transversale) ou siège « dos à la route ». Certaines poussettes peuvent intégrer ce type de siège (maxi-cosi).

  • De 9 à 18 kg

Sièges auto ou sièges baquet : préférez les modèles avec sangles entre les jambes et privilégiez la place centrale pour davantage de sécurité (moins de risques en cas de choc latéral ou frontal).

  • De 15 à 36 kg

Réhausseurs : à régler en fonction de la taille de l’enfant. Car même si le poids est déterminant, il est fortement conseillé de s’équiper d’un rehausseur jusqu’à ce que l’enfant dépasse 1m35.

  • A partir de 10 ans

L’enfant est autorisé à l’avant, comme le prévoit l’article R412-3 du Code de la route. Néanmoins, s’il n’est pas très grand et que sa morphologie est celle d’un enfant plus jeune, sachez que les places arrière restent les plus recommandées.

Exceptions : un enfant de moins de 10 ans peut être autorisé à l’avant si :

– le véhicule n’a pas de banquette arrière,
– les sièges arrière n’ont pas de ceinture de sécurité,
– les sièges arrière sont inutilisables,
– l’enfant est dans un siège « dos à la route »,
– les sièges arrière sont tous occupés par des enfants, eux aussi de moins de 10 ans.

Dans ces-cas-là, l’enfant placé à l’avant doit être attaché dans le dispositif de retenue prévu pour son poids et l’airbag passager doit être impérativement désactivé.

Tous les dispositifs (rehausseurs, sièges, nacelle) doivent être conformes à des normes européennes.

Enfants en voiture : quelle amende prévue en cas d’infraction ?

135 €, sans retrait de point. Ce montant est prévu si l’enfant (ou les enfants) est mal attaché, pas attaché du tout ou pas maintenu dans l’équipement adéquat. Le système de retenue doit être homologué, sans quoi il n’est pas valide et l’amende peut être prononcée.
En cas de non paiement, l’amende peut être majorée à 375 € (avec un maximum de 750 €).

Un coussin est-il autorisé pour dépanner ?

Non. Il est même très déconseillé car, en cas de freinage brusque, l’enfant risque encore davantage de glisser.

Combien d’enfants peuvent s’asseoir à l’arrière ?

Cela semble logique aux yeux de la loi, mais le partage d’une place arrière à deux enfants n’est interdit que depuis le 1er janvier 2008 !

Ceinture de sécurité : quelles sont les règles pour les femmes enceintes ?

Bien sûr, les mêmes règles de port de la ceinture s’appliquent aux femmes enceintes.

Pour un maximum de confort et de sécurité, le positionnement de la ceinture est important. La sangle abdominale doit en effet être placée sous le ventre. Des adaptateur ou guides peuvent être utilisés pour positionner la ceinture correctement.

Peut-on fumer si un enfant est dans l’habitacle ?

Depuis avril 2015, fumer en voiture en présence d’un enfant de moins de 12 ans est proscrit. Une amende de 68 € est prévue pour les contrevenants.

Et à vélo ?

Les enfants ne sont pas soumis aux mêmes règles lorsqu’ils circulent à vélo. Ces derniers :
- peuvent rouler sur les trottoirs jusqu’à 8 ans,
- ne doivent pas se balader seul avant 10 ans (et même 12 en milieu urbain),
- ne doivent pas avoir d’oreillettes (comme les adultes),
- doivent être équipés d’un gilet jaune (port obligatoire hors agglomération de nuit ou en cas de mauvaise visibilité),
- ont obligation de porter un casque homologué et à la bonne taille depuis le 1er janvier 2016.

 

A lire également :
Les innovations de sécurité qui révolutionnent l’automobile
Sécurité routière : les mesures annoncées par le CISR
Boucler sa ceinture à l’arrière, ce n’est pas toujours automatique !


Cet article vous a plu ? Partagez-le !
   

Plus d'articles à ce sujet

Tous les articles TOTAL

3 Commentaires

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CAPTCHA


  1. Pierre Tireau

    Ca veut dire que les agents ont une balance pour peser les enfants en voiture? Bon ok je sais je sais…

  2. Ricardo Fasola

    ahah bonne question !

  3. Ricardo Fasola

    Je suis sûr qu’en faisant monter un gamin à l’avant, même dans les conditions dont vous parlez, l’amende est très fortement possible (même injustifiée). Après il faut contester tout ça. C’est toujours du temps de perdu…