Pour les gestionnaires de flotte, le montant des assurances automobiles constitue un enjeu majeur. Voici quelques solutions concrètes pour négocier au mieux les contrats.

Avec une hausse de 3 à 5 % du tarif moyen, l’assurance dédiée aux flottes a encore augmenté en 2014. Néanmoins, des solutions existent pour vous aider à être en position de force lors d’une négociation ou d’un renouvellement de contrat.

Choisissez bien le type de contrat

Lorsque vous souhaitez souscrire une assurance, analysez en amont les caractéristiques de votre flotte en fonction des offres et du marché. Les compagnies proposent en effet plusieurs formules qui vous seront plus ou moins adaptés :

  • Le contrat flotte concerne l’ensemble des véhicules d’un parc (au moins 3 véhicules). Son montant est calculé selon le rapport sinistres/cotisations sans prendre en compte les bonus / malus individuels de chacun des collaborateurs.
  • L’assurance missions couvre les sinistres qui peuvent se produire dans le cadre professionnel et est souscrite par chacun des salariés. Elle est indirectement payée par l’entreprise.
  • L’auto-assurance est souvent souscrite par les grandes flottes. L’entreprise fait appel à un courtier pour indemniser les sinistres de l’ensemble de la flotte, sans versement de taxes ou de commissions. Si la franchise est dépassée, l’assureur prend le relais.

Les clauses du contrat : déjouez les pièges

Portez une attention particulière à chacune des clauses du contrat. Certaines pourraient être de mauvaises surprises, notamment un an après la signature. Ainsi, regardez bien quels sont les accessoires qui seront couverts en cas de vol, quelles sont les conditions de l’assistance ou quelle est la politique de réajustement du contrat pratiquée par la compagnie d’assurance. De même, n’hésitez pas à comparer les conditions des clauses de participation aux résultats (si les sinistres sont faibles, vous pourrez obtenir un prix à la baisse au bout d’un an, et inversement) et des clauses de participation au bénéfice (si vous parvenez à diminuer la sinistralité de votre flotte).

Quels sinistres assurer ?

Seule la responsabilité civile de l’entreprise et du salarié est obligatoire ! Ainsi, réfléchissez bien aux sinistres que vous souhaitez assurer : protection juridique, dommages accidentels, vol et incendies, bris de glace, catastrophes naturelles… Il pourra également être intéressant de vérifier qu’il n’y a pas de doublons entre les garanties du loueur et celles de l’assureur. L’assistance est souvent proposée par les deux : ne payez pas deux fois.

Faites de vos collaborateurs vos alliés

La baisse du risque routier, et donc de la sinistralité de votre flotte, est un défi important pour votre entreprise. Elle a bien évidemment un impact positif sur votre assurance puisqu’elle vous permet d’obtenir de meilleurs tarifs. Pour cela, impliquez totalement les salariés : responsabilisez-les en les sollicitant pour chaque démarche après l’accident, formez-les à l’éco-conduite, inscrivez la sinistralité au système de mesure des performances…

Un bilan régulier de l’évolution de la sinistralité, de l’entreprise dans sa globalité et au cas par cas, permet d’engager une discussion régulière autour de ce thème. L’analyse qui en ressort offre des pistes concrètes d’amélioration afin d’orienter vos actions sur les sinistres les plus souvent constatés. Vous aurez alors toutes les armes pour mettre en place un plan de prévention efficace que vous pourrez, en plus, valoriser auprès de votre assureur.

 


Commentaires (3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  1. Antoine Martel

    Bonjour, je me demandais si je pouvais à tout moment rompre mon contrat d’assurance si je vends ma voiture ?

  2. Loïc Virlouvet

    Bonjour Antoine,
    Si vous vendez un véhicule dont la signature du contrat d’assurance date de moins d’un an, vous devrez couvrir l’intégralité des mensualités jusqu’à cette échéance. Au-delà, vous pouvez à tout moment résilier le contrat. Votre demande prendra effet 1 mois après la réception du courrier par l’assureur, selon la loi n° 2014-344 du 17 mars 2014 relative à la consommation que vous trouverez ici : http://urlz.fr/FUj .

  3. Antoine Dupuis

    Merci pour le lien et l’info !

Des idées d'article ?

Cet article vous a plu ?

Newsletter Pro-Moove

Chaque mois, recevez les nouveaux articles qui accompagnent votre mobilité

A voir aussi