Conduire dans un pays étranger n’est pas toujours simple… Les comportements des autres conducteurs et les législations propres aux pays visités, parfois surprenantes, sont autant de pièges qu’il faut bien anticiper avant le départ. Retrouvez tout ce qu’il faut garder en tête lors de vos séjours en Europe !

Dans le trafic

Conduire à l’étranger peut être plein de surprises… Entre le comportement parfois « inhabituel » des autres conducteurs, les panneaux qui vous sembleront inconnus ou les vitesses différentes de celles autorisées en France : difficile de s’y retrouver ! Voici un état des lieux des us et coutumes sur les routes européennes.

Circulation : adaptation obligatoire

Attention aux habitudes de circulation en France, car les règles et les comportements des usagers de la route peuvent vous surprendre lors de vos voyages en Europe :

  • En Allemagne, en Irlande, en Belgique et en Suisse (notamment), les piétons sont rois : ils auront tendance à s’engager plus facilement sur les passages cloutés, même avec un véhicule en ligne de mire. En contrepartie, ils seront davantage sanctionnés qu’en France si le feu tricolore est rouge au passage piéton ;
  • En Italie, les ZTL (Zones à trafic limité) dans les centres des grandes villes italiennes « piègent souvent les touristes étrangers ! Empruntées par les riverains, ces zones sont strictement interdites pour les autres, sous peine de recevoir de multiples amendes (pour l’entrée et la sortie dans la ZTL, et ce même à quelques minutes d’intervalle…). Et comme les accès sont contrôlés par des bornes électroniques et des caméras qui relèvent les numéros de plaques d’immatriculation : impossible de ne pas être pris la main dans le sac ;
  • Italie : à l’approche d’un carrefour, deux véhicules qui se présentent de front et qui tournent à gauche doivent se croiser « à l’indonésienne ». Ainsi, ils ne se contournent pas, comme c’est la norme en France où dans la plupart des autres pays européens ;
  • Conduite à gauche au Royaume-Uni et en Irlande : attention à être bien concentré à chaque intersection ! Différence notable néanmoins : la priorité à droite est appliquée en Irlande, mais pas au Royaume-Uni ;
  • En Grèce, la priorité dans les ronds-points est au véhicule qui aborde l’intersection (comme c’est le cas sur la place de l’Etoile ou de la Nation à Paris, par exemple) ;
  • Les autoroutes luxembourgeoises appliquent, depuis juin 2012, le système de « tirette » pour lutter contre les bouchons (déjà utilisé en Allemagne ou en Autriche). Lorsque les deux voies se rétrécissent en une seule (travaux, fin d’autoroute…), les automobilistes doivent céder le passage, à tour de rôle, au véhicule de la voie adjacente ;
  • En Pologne, le « tourne-à-droite », autorisé lorsque le feu est rouge, doit néanmoins être marqué d’un stop du véhicule au niveau de l’intersection.

Limitations de vitesse : le grand huit sur autoroutes

L’harmonisation européenne est loin d’être une réalité concernant les vitesses autorisées sur les routes. Si en agglomération le 50 km/h est la norme (ce qui n’empêche pas les exceptions), les autoroutes ne sont pas soumises aux mêmes règles :

  • 130 km/h : France, Allemagne (certains tronçons n’ont pas de limitations de vitesse)*, Autriche*, Croatie, Danemark, Grèce, Hongrie, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, République tchèque, Roumanie, Slovaquie, Slovénie
  • 120 km/h : Belgique, Bulgarie, Espagne, Finlande, Irlande (passée du système impérial (miles) au système métrique en 2005), Portugal, Suisse
  • 110 km/h : Suède
  • 100 km/h : Chypre
  • 90 km/h : Estonie
  • 80 km/h : Malte
  • 140 km/h : Pologne
  • 112 km/h : Royaume-Uni (70 miles)
  • Pas d’autoroute : Lettonie (certaines voies doubles sont limitées à 100 km/h)

*le minimum autorisé est de 60 km/h

La tendance à la baisse des vitesses autorisées ne vaut pas que pour la France… Plusieurs pays jouent la carte du coup de frein en ville, notamment ceux qui font la part belle aux cyclistes :

  • Les Pays-Bas prévoient des zones résidentielles limitées à 15 km/h seulement. Soyez très vigilants lors des dépassements et aux intersections : les nombreux vélos sont souvent prioritaires (valable aussi au Danemark par exemple) ;
  • Des zones à 20 km/h maximum sont régulièrement prévues en Pologne et en Suède ;
  • Le « Code de la rue » appliqué en Belgique, impose par exemple aux voitures de rouler en dessous de 30 km/h, avec interdiction de dépasser les cyclistes.

A lire également :
La France et l’Espagne s’accordent pour les infractions communes

Les règles pour éviter les amendes

En déplacement, bien connaître les règles de la route du pays visité est primordial. Que faire en cas d’accident ? Quelle législation s’applique pour le stationnement, la consommation d’alcool, le téléphone au volant ou les feux de croisement ? Toutes les réponses ici !

Le stationnement : restez dans les clous

Si les amendes pour stationnement interdit sont soumises à débat en France, les pays européens appliquent généralement des règles plus sévères.

  • Luxembourg : hors agglomération, le stationnement sur la chaussée est strictement interdit, avec ou sans panneau de signalisation. En ville, les mises en fourrière de véhicules sont fréquentes (comme en Espagne).
  • En Lituanie, vous pourrez croiser un panneau indiquant l’obligation d’éteindre le moteur du véhicule une fois stationné. Il en est de même en Suisse dans certaines zones (passages à niveau par exemple).

De nombreux pays européens appliquent des règles strictes sur les distances entre les places de stationnement et les intersections, feux tricolores, arrêt de bus, passage piéton ou bouche d’incendie.

Accidents : un constat amiable commun

Dans tous les pays de l’Union européenne, il faudra remplir un constat amiable en cas d’accident de la circulation. Si la langue officielle de l’autre conducteur n’est pas la même que la vôtre, remplissez deux constats (un dans chaque langue), puis envoyez à votre assureur les deux versions.

En Croatie, la présence de la police est obligatoire pour établir un constat. Sans quoi, votre départ du lieu de l’accident pourra être considéré comme un délit de fuite et vous coûter 945 euros d’amende.

Partout en Europe, le numéro de secours à appeler en cas d’urgence est le 112 !

Alcool : la tolérance 0 appliquée dans certains pays

En France, un taux supérieur à 0,5 g d’alcool par litre de sang (soit deux verres) peut être sanctionné d’une amende de 135 euros et du retrait de points sur le permis de conduire. La sanction peut être d’autant plus sévère lorsque :

  • l’alcoolémie est supérieure à 0,8 g/l,
  • le fautif est récidiviste,
  • un refus de se soumettre à une vérification est constaté,
  • une consommation de stupéfiants est associée à l’alcool,
  • un accident est provoqué sous l’emprise de l’alcool.

En Europe, la question de l’alcool au volant est traitée avec différents degrés de sévérité, même si la majorité « applique » les taux français.

Plusieurs pays pratiquent la tolérance 0 pour tous les conducteurs : Hongrie, République tchèque, Roumanie, Slovaquie. Pour d’autres, cette sévérité est appliquée pour les conducteurs novices exclusivement (0,5 g/l pour les autres conducteurs) : Allemagne, Croatie, Italie, Slovénie.

Les exceptions :

  • Pour les contrôles d’alcool, les autorités luxembourgeoises distinguent les conducteurs professionnels des autres. Ainsi, ils peuvent être sanctionnés dès 0,2 g/l d’alcool, comme les conducteurs novices du pays ;
  • Si les sanctions démarrent à partir de 0,2 g/l d’alcool en Pologne, dépasser un taux de 0,5 g/l peut être passible de 2 ans de prison ;
  • A contrario, le Royaume-Uni et Malte sont moins sévères. Les conducteurs ne sont sanctionnés qu’à partir de 0,8 g/l d’alcool.

Téléphone au volant : interdiction unanime

L’interdiction du téléphone au volant fait l’unanimité en Europe, tous les pays tolèrent également le kit main-libre, même si celui-ci n’est pas recommandé puisque facteur de déconcentration. Néanmoins, l’Espagne ne le tolère que si le kit n’est pas à oreillettes.

Concernant l’usage des écouteurs ou du casque pour la musique (MP3, baladeur), seuls le Luxembourg et l’Espagne interdisent ces appareils qui empêchent les conducteurs d’entendre leur environnement et sont donc considérés comme dangereux en voiture.

De leur côté, les autorités irlandaises ne plaisantent pas avec la rédaction des SMS au volant. Amende prévue : 1000 euros et, en cas de récidive, peine de prison !

Feux de croisements de jour : obligatoires ou pas ?

L’allumage des feux de croisement de jour est recommandé en France, mais de nombreux pays rendent obligatoire leur utilisation : Autriche, Bulgarie (du 1/11 au 1/03) Chypre, Croatie, Danemark, Finlande (feux de croisement obligatoires hors agglomération), Hongrie (hors agglomération), Italie (sur voies rapides et autoroutes), Lettonie, Lituanie, Malte, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie (hors agglomération), Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse.

Les équipements

Les équipements de sécurité ou les pneus hiver sont recommandés partout en Europe, mais certains pays les rendent obligatoires. Que faut-il prévoir lorsque vous voyagez à l’étranger ?

Les équipements obligatoires

Le gilet de sécurité rétro-réfléchissant et le triangle de signalisation de danger, tous deux homologués, sont demandés par les autorités françaises en cas d’immobilisation du conducteur ou du véhicule à la suite d’un arrêt d’urgence. Ne pas respecter cette règle est passible d’une amende qui peut atteindre jusqu’à 750 € (le triangle n’est pas obligatoire si sa mise en place représente un danger pour le conducteur).

En Europe, les législations varient selon les pays. Il faudra donc être vigilant et s’équiper en conséquence de ces outils qui sont de toute façon très utiles en cas de panne ou d’accident :

  • Aucune obligation : Irlande
  • 1 triangle : Chypre, Danemark, Hongrie, Irlande, Pays-Bas, Suède, Suisse
  • + 1 gilet : Croatie, Portugal (le gilet doit être dans l’habitacle et non dans le coffre)
  • + 1 trousse de 1ers secours : Allemagne, Autriche, Pays-Bas (mais pas le gilet)
  • + 1 extincteur : Belgique (avec port obligatoire en cas de panne), Grèce (mais pas le gilet), Pologne, Roumanie
  • + 1 boîte d’ampoules de rechange : Espagne (mais pas la trousse de 1ers secours ni l’extincteur, et 2 triangles obligatoires), Royaume-Uni
  • + 1 cric : République tchèque

Les exceptions :

  • En plus du gilet et du triangle, les autorités italiennes et polonaises réclament l’apposition d’un autocollant indiquant le pays d’origine du véhicule (sur la plaque d’immatriculation).
  • Au Luxembourg, le gilet et le triangle ne suffisent pas. Le véhicule doit toujours bénéficier d’une réserve de carburant suffisante pour pouvoir rallier une station-service. Gare à la panne !
  • Suisse : Les porteurs de lunettes de vue doivent disposer, non seulement d’une paire sur le nez, mais également d’une seconde à portée de main dans l’habitacle !

Pneus hiver : gare aux périodes obligatoires

Selon les régions européennes, le relief et le climat ne sont pas les mêmes… et les obligations concernant les pneus hiver vont évidemment de pair.

  • Autriche : du 1/11 au 15/04
  • Croatie : du dernier dimanche d’octobre jusqu’au dernier dimanche de mars
  • Estonie : du 1/12 au 1/03
  • Finlande : sans date précise, les pneus hiver sont obligatoires dès lors que les conditions climatiques l’exigent
  • Lettonie : du 1/12 au 1/03
  • Lituanie : du 10/11 au 31/03
  • Luxembourg : « en conditions hivernales »
  • République tchèque : du 1/11 au 1/03
  • Slovaquie : du 15/11 au 15/03 (et au-delà si les routes sont gelées ou enneigées)
  • Slovénie : du 15/11 au 15/03

A lire également :
Départ en vacances : êtes-vous bien équipé ?


Commentaires (7)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  1. Vincent de Norvécourt

    Mon périple « capitales de l’Est » est mieux assuré grâce à vous !

  2. Paul Moreau

    Si on ne fait que regarder un sms sur son portable en Irlande , risque-t-on aussi de payer jusqu’à 1000 euros?

  3. Loïc Virlouvet

    Bonjour Paul,
    Il est fortement déconseillé de manipuler son portable lorsque vous conduisez en Irlande. Pour les autorités locales, difficile de distinguer en effet si le conducteur écrit ou ne fait que lire le message. Ne prenez pas le risque…

  4. Yves Morain

    Je confirme qu’en Italie tout est fait pour faire payer les touristes. C’est trop piégeux en ville, surtout que franchement rien n’est indiqué ! Je dis ça car j’étais le printemps dernier à Pise et je me suis fais choper alors que j’étais prévenu.

  5. Loïc Virlouvet

    Pensez-vous que certaines de ces règles devraient être transposées en France ?

  6. Antoine Martel

    Il y a en effet plein de bonnes choses dont nous devrions nous inspirer : réglementation plus précise pour les cyclistes (il faut voir comment les cyclistes à Paris se comportent…), sanctions lourdes pour les sms au volant (qui sont encore plus dangereux qu’un coup de téléphone selon moi)… Je sais aussi qu’en Bosnie les jeunes de moins de 23 ans n’ont pas le droit de conduire la nuit à partir de 23h. Tout ça me semble être du bon sens, en tout cas pour améliorer encore la sécurité sur la route.

  7. Antoine Martel

    Autre bonne idée : rendre le gilet jaune obligatoire pour les motards. Les Allemands et les Belges l’ont déjà fait, comme les Italiens je crois. Vu qu’ils se plaignent sans cesse de ne pas être vu…….

Des idées d'article ?

Cet article vous a plu ?

Newsletter Pro-Moove

Chaque mois, recevez les nouveaux articles qui accompagnent votre mobilité

A voir aussi