Avec l’arrivée des basses températures, les entreprises doivent veiller à l’état des systèmes de chauffage des véhicules de leurs collaborateurs. Lorsque le froid envahit l’habitacle et la visibilité se réduit à cause de la buée, le chauffage est bien un élément essentiel de sécurité. Voici les points à vérifier !

Les points sensibles à vérifier en cas de panne

Les pannes de chauffage dans le véhicule, très dommageables en période hivernale, peuvent avoir plusieurs origines. En effet, du radiateur aux trappes d’aération, le système comprend de nombreuses pièces susceptibles de limiter l’intensité de la ventilation. Le ventilateur ou le robinet d’alimentation en eau chaude du radiateur, situé sur la culasse ou la cloison pare-feu, peuvent se gripper :

  • le ventilateur : en tant qu’équipement électrique, les fusibles, câbles d’alimentation et moteur électrique doivent être vérifiés en cas de défaillance. S’ils sont utilisés peu fréquemment, les ventilateurs peuvent aussi s’encrasser, et ce notamment en automne où les feuilles mortes s’accumulent ;
  • le robinet d’alimentation : un nettoyage et une lubrification du câble dans la gaine peuvent résoudre le problème. Mais si le robinet est lui-même à l’origine de la panne, il faudra en monter un neuf en changeant le joint et en nettoyant la zone avec précaution.

N’hésitez pas à faire appel à des professionnels en cas de problèmes, car des solutions existent toujours !

Quel mode de chauffage favoriser ?

La plupart du temps, les véhicules sont équipés de trois modes de chauffage :

  • Ventilation : la soufflerie aspire l’air extérieur pour l’envoyer ensuite dans l’habitacle ;
  • Eco : en récupérant la chaleur générée par la batterie, ce mode va permettre de chauffer progressivement l’habitacle. Elle reste peu consommatrice et donc moins efficace que le mode confort ;
  • Confort : le plus puissant mais aussi le plus énergivore. C’est la solution idéale lorsque les températures sont très froides.

Pour que vos collaborateurs voyagent confortablement en plein hiver, vous pouvez équiper vos véhicules de sièges ou de coussins chauffants. Pour le bien-être principalement, ils ne seront néanmoins pas assez puissants pour réchauffer tout l’habitacle. 

La clim’, même en hiver
La climatisation, qui fonctionne en circuit, nécessite une recharge tous les deux ans du fluide (le fréon) qui circule à l’intérieur des tuyaux. Ce gaz, nocif et polluant, est en effet très volatile et peut diminuer radicalement l’efficacité de la climatisation s’il vient à manquer ou perd en qualité. Pour être sûr que ce fluide ne se dégrade pas en hiver, il est fortement conseillé d’activer régulièrement la touche AC (pour Air Conditionné). Cela évitera la dégradation des joints de la tuyauterie causée par l’humidité stagnante.

 


Commentaire (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  1. Quentin vangeersdaele

    C’est vrai qu’il faut penser à la climatisation qui peut vite se détériorer si on ne fait rien en hiver. Et puis c’est efficace contre la buée.

Des idées d'article ?

Cet article vous a plu ?

Newsletter Pro-Moove

Chaque mois, recevez les nouveaux articles qui accompagnent votre mobilité

A voir aussi