En quelques années, les smartphones ont fait un bond vertigineux dans le secteur professionnel. Autrefois considérés comme de simples gadgets plutôt dédiés à un usage privé, ils sont aujourd’hui devenus des outils incontournables de la mobilité professionnelle. Gestionnaires de mails, navigateurs internet, outils de localisation : les possibilités offertes par ces petits bureaux portatifs sont aujourd’hui sans limite. 2011 sera donc l’année du Smartphone, toujours plus connecté au quotidien de vos collaborateurs. Mais parmi les leaders sur le marché de la mobilité, quelle solution adopter ? Quelles perspectives pour cette nouvelle année ? Faites-le point ici !

Iphone, blackberry ou android…

Avec l’arrivée des derniers iPhone, la montée en puissance des smartphones sous Android et le lancement des Blackberry tactiles, il n’est pas évident de faire son choix. Petit rappel des principales caractéristiques des trois grands leaders du marché. 

L’iPhone : le smartphone qui a fait changer la donne 

En 2007, la sortie de l’iPhone révolutionnait le monde de la téléphonie mobile. Particulièrement plébiscité par les particuliers pour son design, son ergonomie et les possibilités qu’il offre en termes d’applications, le bijou d’Apple était, en revanche, délaissé par les entreprises. Les raisons de ce désintérêt ? Trop ludique, pas assez professionnel… Et pourtant, en quelques temps, les atouts de l’iPhone ont su bousculer les idées reçues : 

  • L’une des navigations les plus fluides et intuitives du marché, grâce à son système d’icônes et à son écran tactile extrêmement sensible. 
  • Un écran panoramique de 3,5 pouces (iPhone 3GS et 4G), permettant une lecture rapide et efficace des documents. 
  • Un calendrier automatiquement synchronisé avec vos agendas Yahoo !, Google, Outlook ou encore MobileMe. 
  • Un accès à l’ensemble de vos comptes mails en un seul clic et un mode push vous alertant à chaque réception. 
  • Des centaines de milliers d’applications professionnelles (tableurs et gestionnaires de fichiers compatibles avec Word, Excel et Powerpoint, calculateur de frais, dictaphones, éditeurs de PDF, etc.) 

 

Cependant, l’iPhone n’a pas que des atouts ! Le tactile suffit à rédiger ou répondre à des mails, mais reste peu confortable lorsqu’il s’agit de produire ou d’éditer des documents à distance. En outre, son autonomie, souvent décriée, reste encore l’un des grands points à améliorer. Zone d’ombre supplémentaire : ce smartphone ne lit pas le flash ; un inconvénient de taille au vu des nombreux sites développés dans ce langage informatique. Enfin, son système de sécurité n’est pas optimisé pour des entreprises aux réseaux sécurisés. 

Le Blackberry se modernise… 

Leader sur le marché de la téléphonie mobile professionnelle, le Blackberry a cependant rencontré quelques difficultés à l’arrivée de l’iPhone sur le marché. En cause ? Son austérité et son manque de fluidité. Et pourtant, ce smartphone tient la comparaison avec ses concurrents sur de nombreux points : 

  • Un système d’exploitation (RIM) extrêmement sécurisé. Grâce à la sécurisation des données sans fil et des données stockées, il est possible d’accéder aux données sensibles sur le serveur de votre entreprise, même en déplacement. 
  • Un calendrier automatiquement synchronisé avec vos agendas Yahoo !, Google, Outlook ou encore MobileMe. 
  • Un accès à l’ensemble de vos comptes mails et un mode push qui permet d’être informé dès qu’un message arrive. 
  • Un large choix d’applications professionnelles (gestionnaires de temps, logiciels de stockages de données, etc.). 
  • Une très grande autonomie. 
  • Par ailleurs, en lançant le Blackberry Torch à l’été 2010, Blackberry a souhaité répondre aux attentes de son public. Ce modèle à écran de 3,2 pouces associe la technologie tactile au clavier numérique souvent jugé plus efficace par les professionnels. Cependant, tout comme l’iPhone, le Blackberry ne lit pas le flash… 

Les smartphones sous Android : de sérieux concurrents 

Contrairement à ce que pourraient penser les néophytes, l’Android n’est pas une marque de smartphone, mais un système d’exploitation OpenSource pour smartphones, PDA et terminaux mobiles. En bref, si le Gphone, lancé par Google en 2008 est le premier smartphone hébergeant Android, nombreux sont les constructeurs qui l’ont choisi pour moderniser leur offre. Parmi eux : HTC, LG, Sony Ericsson et Samsung. Et pour cause, face aux systèmes iOS (iPhone) et RIM (Blackberry), Android présente bien des avantages : 

  • Il est multitâche et permet ainsi d’ouvrir plusieurs applications en même temps, sans perdre le fil de sa navigation. 
  • Il est personnalisable : libre à vous de créer des accès directs, depuis votre écran d’accueil, à différentes applications. 
  • Il possède une connectivité USB pour ajouter en un 1 clic des photos, vidéos ou podcasts depuis votre PC (sans avoir à passer par la synchronisation). 
  • Il est conçu pour intégrer au mieux des applications existantes de Google (Gmail, google Agenda, Google Maps…) 
  • Les mises à jour de l’OS sont gratuites (contrairement à l’iPhone). 
  • Les smartphones qui l’hébergent comportent des ports MiniSD ou MicroSD pour augmenter la mémoire disponible sur le téléphone. 
  • Ses dernières versions sont capables de lire le flash. 

 

Cependant, si la plupart des applications téléchargeables sur les smartphones Android sont gratuites, peu d’entre elles sont dédiées aux professionnels. Autre ombre au tableau : son système de sécurité n’est pas optimisé pour des échanges de données sensibles à distance.

Si l’iPhone, le Blackberry et les terminaux sous Androïd restent sans conteste les grands leaders actuels du marché, de nombreux autres modèles et systèmes d’exploitation sont disponibles pour les professionnels. Notons que la technologie Windows Mobile fait son grand retour en ce début d’année 2011 et permet de retrouver tous les logiciels courants d’un PC sur son téléphone : Word, Excel, Powerpoint, etc. De quoi éditer des documents en toute simplicité : un vrai bon point.

Côté tablettes tactiles…

Principalement présentées comme des outils de divertissement pour le grand public, les tablettes tactiles conquièrent peu à peu les entreprises. Véritables porte-documents numériques et ordinateurs ultra compacts, elles accompagnent efficacement vos collaborateurs dans leurs déplacements professionnels… 

À mi-chemin entre le smartphone et le PC portable… 

Associant les fonctionnalités du smartphone (le téléphone en moins !) à l’écran d’un ordinateur portable, les tablettes tactiles ont été popularisées par le lancement de l’iPad d’Apple en mai 2010. D’abord plébiscitées par le grand public pour leur design, leur ergonomie et leur capacité de stockage multimédia, elles ont peu à peu attiré l’attention des entreprises. Compactes, connectées à internet et disposant d’un clavier intégré, elles permettent de produire, stocker, consulter ou modifier l’ensemble de vos documents tout au long de vos déplacements… 

L’iPad : le précurseur 

S’inspirant de la technologie de l’iPhone, l’iPad repose sur le même système d’exploitation que l’iPhone : iOS. Fluide, dynamique et ergonomique, il peut héberger de nombreuses applications dédiées aux entreprises (conçues pour sa plateforme ou pour l’iPhone) et tous les documents que vous souhaitez emporter avec vous en déplacement. Présenté par Apple comme un véritable outil de travail, il permet, dans un contexte professionnel, la consultation de livres, magazines et documents, la prise de note instantanée, la création de présentations ou de feuilles de calcul, l’annotation de PDF, le suivi de vos tâches, etc. mais peut également vous servir de GPS. Son poids est trois fois inférieur à celui d’un ordinateur portable et son autonomie peut atteindre jusqu’à 13h. En revanche, tout comme l’iPhone, l’iPad ne dispose pas d’entrée USB. Tout transfert de document sur sa plateforme doit s’effectuer par mail ou via iTunes. Un inconvénient lorsque vous souhaitez transférer de lourds fichiers depuis l’ordinateur d’un client ! Par ailleurs, tout comme l’iPhone, l’iPad ne lit pas le flash. Deux inconvénients qu’Apple devraient gommer dans ses futures versions… 

Samsung, Archos, Blackberry dans les rangs… 

Face au succès de l’iPad, de nombreux constructeurs ont choisi d’élargir leur offre, certains en capitalisant sur le système Android. Voici une sélection des tablettes tactiles concurrentes, disponibles en France… 

  • La Samsung Galaxy Tab 

Présenté comme le concurrent principal de l’iPad, le Galaxy Tab de Samsung possède un écran plus petit que son rival mais pèse aussi deux fois moins lourd : une vraie qualité en termes de portabilité et de mobilité. Par ailleurs, contrairement à l’iPad, le Galaxy Tab fait aussi office de… téléphone : plus la peine, ainsi, de multiplier les appareils. Le dernier né de Samsung permet aussi de lire sans difficulté le flash même si parfois la navigation web en est quelque peu ralentie. Ici aussi, l’appareil fait preuve d’une vraie lacune en n’intégrant pas de lecteur USB… Plus cher que l’iPad le Samsung Galaxy répond à une cible en attente de mobilité extrême et de simplicité. 

  • L’Archos 10.1 

Beaucoup plus abordable que les modèles cités au dessus, la tablette d’Archos présente un bon rapport qualité / prix. Si l’ergonomie de l’appareil n’offre pas une navigation aussi intuitive et fluide que l’iPad, l’Archos répond avec efficacité à des usages très précis : consultation de mails et de sites web, lecture de fichiers vidéo et son, stockage de photos et de documents, etc. Ses dimensions ont font un appareil très fonctionnel. Seul bémol : la pauvreté de son catalogue d’applications qui empêchera les professionnels de le faire évoluer. 

  • Le Blackberry PlayBook 

Très attendu par les professionnels, le Blackberry PlayBook fera son apparition sur le marché à l’été 2011. D’après les premiers tests, ce condensé de technologie comporte toutes les qualités nécessaires pour supplanter l’iPad en comblant ses lacunes (lecteur flash, connectique mini USB, etc.). Capable de lire la plupart des langages informatiques, le PlayBook répond à des besoins multimédia comme à ceux de l’entreprise grâce à sa compatibilité avec BES (Blackberry Enterprise Server). Couplé à un smartphone Blackberry classique, le PlayBook permet donc aux professionnels de se passer sans difficulté de leur ordinateur portable dans tous leurs déplacements. 

 

Le marché propose donc aujourd’hui de nombreux modèles de tablettes qui répondent à des attentes et des profils d’utilisation différents. Si la plupart de ces appareils sont tout à fait performants, ils font encore preuve de quelques (petites…) lacunes qui peuvent être handicapantes au quotidien. Des défauts que les constructeurs sauront, sans aucun doute, prendre en compte dans leurs futures versions…

 


Commentaires (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  1. Guillaume

    Et ce qu’ils appelent les “phablettes” maintenant : vous en pensez quoi ?

  2. Sophie Ropers

    C’est en effet une vraie révolution qui créé un genre hybride entre téléphone et tablette… C’est justement le sujet du dossier que nous mettrons en ligne cette semaine.. encore quelques jours de patience !

Des idées d'article ?

Cet article vous a plu ?

Newsletter Pro-Moove

Chaque mois, recevez les nouveaux articles qui accompagnent votre mobilité

A voir aussi