Selon les dernières études de l’Agence Internationale de l’Energie (IEA), communiquées par Lew Fulton, lors du « Carrefour mi-parcours » du PREDIT (Programme National de Recherche et d’Innovation dans les Transports Terrestres), la baisse de la production conventionnelle de pétrole serait « bien plus rapide que prévu. » Explications… 

Parmi les solutions existantes pour limiter cette pénurie, l’intensification de la recherche en biocarburants et le déploiement de véhicules propres représentent de véritables enjeux. D’autant que le nombre de véhicules mis en circulation dans le monde d’ici quelques années devrait passer de « 800 millions de voitures aujourd’hui à 1,6 milliard en 2035. » Selon Lew Fulton, « nous pourrions même atteindre 2,5 milliards de véhicules en 2050 ». 

Cependant, pour Jean Delsey, conseiller scientifique de l’Institut Français des Sciences et Technologies des Transports, de l’Aménagement et des Réseaux (IFSTTAR), malgré tous les efforts effectués pour faire une place aux véhicules propres sur le marché, le véhicule thermique « est et restera le plus utilisé ». Dans ce contexte, les recherches pour réduire les cylindrées et alléger les véhicules s’accentuent. 

Toutefois, le véhicule hybride, qui constitue la meilleure solution entre le tout thermique et le tout électrique, pourrait bien sortir son épingle du jeu d’ici quelques années. En effet, selon Jean Desley, « la voiture en 2050, ce sera 40 % de thermique, 20 % d’électrique et 40 % d’hybride ». 

 


Commentaire (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Des idées d'article ?

Cet article vous a plu ?

Newsletter Pro-Moove

Chaque mois, recevez les nouveaux articles qui accompagnent votre mobilité

A voir aussi