Afin de prévenir les accidents dus à une défaillance du véhicule, toutes les voitures doivent être soumises à un contrôle technique périodique effectué par un centre agréé. Préparation, fréquence des contrôles, délais à respecter… Voici comment aider vos collaborateurs à réussir ce passage obligé.

Comment préparer le véhicule au contrôle technique ?

Avant de passer le contrôle technique, il est possible d’effectuer un pré-contrôle dans un garage spécialisé ou de procéder soi-même à quelques vérifications :

  • pression des pneus,
  • niveaux d’huile ou de liquide de refroidissement,
  • état des plaques d’immatriculation, des rétroviseurs, du pot d’échappement et des pneumatiques,
  • bon fonctionnement de l’avertisseur sonore, etc.

Cet examen préalable peut faire gagner un temps précieux en évitant une contre-visite obligatoire après la constatation d’une anomalie par le contrôleur.

Quelle est la fréquence des contrôles ?

Le premier contrôle technique intervient dans les 6 mois qui précèdent le quatrième anniversaire de la première mise en circulation du véhicule. Cette date figure sur le certificat d’immatriculation. Par exemple, une voiture ayant pris la route pour la première fois le 1er juillet 2011 devra passer le contrôle entre le 1er janvier et le 30 juin 2015. Par la suite, un contrôle technique doit être réalisé tous les 2 ans. A noter que les véhicules utilitaires de plus de 4 ans doivent subir, chaque année, un test antipollution complémentaire dans les 2 mois précédant la date anniversaire du contrôle technique.

LLD : qui prend en charge le contrôle technique ? 

Dans le cadre d’une Location Longue Durée et selon le forfait choisi, la société de location peut vous rappeler la date et prendre en charge le coût du contrôle technique. Mais c’est bien au conducteur de se déplacer et de faire réaliser les éventuelles réparations par un garagiste.

Comment se déroulent les vérifications ?

Pour effectuer le contrôle obligatoire, le conducteur doit se rendre dans l’un des 4700 centres agréés (la liste est disponible dans les préfectures et sur le site de l’UTAC-OTC).

Dix fonctions principales sont évaluées, notamment le freinage, la direction, les équipements ou la signalisation.

  • Si toutes les normes de sécurité sont satisfaites, le contrôleur appose une vignette sur le pare-brise du véhicule et un timbre portant la lettre A sur la carte grise. Le véhicule est alors « apte ».
  • S’il détecte des anomalies, le contrôleur dresse un procès-verbal décrivant les vérifications réalisées et appose sur la carte grise un timbre portant la lettre S. Ces défauts sont susceptibles d’imposer des réparations chez un garagiste dans les 2 mois. A l’issue des réparations, le véhicule est à nouveau inspecté lors d’une contre-visite.

Quels sont les risques en cas de retard ?

Si le contrôle technique n’est pas effectué dans les délais réglementaires, le conducteur s’expose à une amende de 135 euros (90 euros en cas de paiement immédiat) et à l’immobilisation de son véhicule. Une fiche de circulation provisoire lui est délivrée par les gendarmes afin de lui permettre de se rendre dans le centre agréé le plus proche.

Renforcement du contrôle technique 

Depuis le 1er janvier 2012, 7 nouveaux points de contrôle ont fait leur apparition, comme le système de désembuage ou le dispositif antivol. Ces vérifications supplémentaires entraînent une hausse du temps passé sur chaque voiture, ce qui pourrait faire légèrement augmenter les tarifs dans les prochains mois.

A lire également :
Véhicules de fonction : les engagements des salariés
Contrôle technique : quels sont les motifs de contre-visite les plus fréquents ?


Commentaire (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Des idées d'article ?

Cet article vous a plu ?

Newsletter Pro-Moove

Chaque mois, recevez les nouveaux articles qui accompagnent votre mobilité

A voir aussi