Entre 2005 et 2011, 436 301 accidents ont impliqué au moins un blessé sur les routes françaises et tué 26 278 personnes. Un bilan qui ne touche pas toutes les régions de la même manière. Quels départements sont particulièrement dangereux ? Quelles zones connaissent le plus d’accidents graves ? Le point ici. 

Paris, le département le plus sinistré 

Paris détient la triste palme des départements français les plus sinistrés entre 2005 et 2011. Le ministère de l’Intérieur a recensé 35 966 accidents de la route qui ont fait au moins un blessé. En seconde position, les Bouches-du-Rhône qui ont totalisé 26 629 accidents, suivi de la Seine-Saint-Denis qui en a compté 17 108. Les régions Île-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur sont particulièrement touchées, puisque les six premiers départements au classement appartiennent à ces deux régions : 

Source : http://www.linternaute.com 

Les Bouches-du-Rhône recensent le plus de morts 

Les autorités ont recensé 859 morts sur les routes des Bouches-du-Rhône, 655 dans l’Hérault (Languedoc-Roussillon) et 587 dans le Nord (Nord-Pas-de-Calais). Les nombreux accidents qui surviennent en Île-de-France sont en général moins graves qu’en province. Entre 2005 et 2011, Paris s’élève à la 60e place des départements les plus sinistrés avec 208 victimes de la route (ce qui en fait néanmoins la ville la plus meurtrière devant Nice et ses 106 morts) et la Seine-Saint-Denis est 54e avec 235 décès. 

Les facteurs aggravants 

Le manque de visibilité la nuit et les conditions climatiques (neige et verglas) sont identifiés comme des facteurs accidentogènes. Ainsi, 81,7 % des 29 338 accidents survenus la nuit en Île-de-France ne bénéficiaient pas d’éclairage public allumé. Une proportion encore davantage importante en Provence-Alpes-Côte d’Azur, puisque 97,2 % des accidents nocturnes s’y sont produits dans ces conditions de manque de visibilité.
Les chiffres du ministère de l’Intérieur sont néanmoins à pondérer, puisqu’ils ne prennent pas en compte le nombre total de véhicules en circulation dans les départements concernés.


Commentaire (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  1. Jean-Michel

    L’aménagement des villes joue aussi un rôle… il suffit de voir à Paris comment ils nous imposent les vélos. Du grand n’importe quoi : contre-sens, non respect des feux rouges, etc Et pourtant la vitesse est moindre à Paris alors que c’est l’ennemi numéro 1… Ca laisse songeur…

Des idées d'article ?

Cet article vous a plu ?

Newsletter Pro-Moove

Chaque mois, recevez les nouveaux articles qui accompagnent votre mobilité

A voir aussi