Éléments indispensables à la sécurité, les essuie-glaces doivent être entretenus avec soin. Nos experts vous disent tout à propos de ces équipements : de leur tarif aux précautions d’emploi, en passant par les obligations réglementaires et les informations à savoir dans le cadre de contrats LLD-LOA.

En 1903, l’Américaine Mary Anderson obtient un brevet pour faire reconnaître le premier dispositif de nettoyage des vitres de voiture : l’essuie-glace est né ! À l’époque, il faut actionner un levier à la main, depuis l’intérieur de son véhicule. Depuis, la technologie a beaucoup évolué, rendant la vie des automobilistes toujours plus simple par temps pluvieux ou neigeux.

Des essuie-glaces de toutes sortes et de toutes tailles

L’essuie-glace « classique », composé d’une lame de caoutchouc soutenue par une armature métallique, n’est plus vraiment à la mode depuis les années 2000. Il a été délaissé au profit d’essuie-glaces à branche unique (appelés « flat blade » ou « lame plate » en français). Ces balais présentent beaucoup plus d’avantages : une meilleure efficacité à vitesse élevée, une pression plus importante sur les vitres, une forme épousant parfaitement le pare-brise et une conception optimisée pour résister au gel.

Essuie-glaces usés : les signes qui ne trompent pas !

En moyenne, la durée de vie des essuie-glaces est d’un an : cela correspond à environ 500 000 cycles (calculés sur la durée mais aussi en fonction des saisons et des températures). Au-delà de ces chiffres, et pour rouler en toute sécurité, chaque conducteur sait qu’il est impératif d’écouter les signes qui ne trompent pas : un bruit de frottement inhabituel, des essuie-glaces qui donnent l’impression de « sauter » ou « d’accrocher » la surface vitrée, un pare-brise mal essuyé par endroits… Les gicleurs, qui délivrent le liquide lave-glace, sont également à contrôler, car ils peuvent être mal orientés ou avoir un débit insuffisant. En cas d’encrassement, pensez à vérifier s’ils ne sont pas obstrués.

3 astuces pour améliorer la durée de vie de vos essuie-glaces

- N’utilisez pas d’eau ni de produits ménagers dans vos réservoirs. Seul un liquide lave-glace prévu à cet effet préservera plus longtemps la qualité des caoutchoucs des balais.

- Nettoyez régulièrement votre pare-brise et assurez-vous qu’aucune saleté n’y reste accrochée, afin de ne pas endommager les caoutchoucs des essuie-glaces.

- En cas de givre, dégivrez préalablement le pare-brise avant de faire fonctionner vos essuie- glaces : ce geste évitera une usure prématurée des caoutchoucs.

Que dit le Code de la route ?

L’article R316-4 précise que « le pare-brise des véhicules à moteur, à l’exception des cyclomoteurs à deux roues, des cyclomoteurs à trois roues non carrossés, des quadricycles légers à moteur non carrossés, des motocyclettes, doit être muni d’au moins un essuie-glace ayant une surface d’action, une puissance et une fréquence suffisantes pour que le conducteur puisse, de son siège, voir distinctement la route. » Les contrevenants s’exposent à une contravention de troisième classe (amende forfaitaire de 68 €).

Attention, contrôle ! L’état des essuie-glaces fait partie des points vérifiés lors du contrôle technique du véhicule. Il est important de ne pas le négliger, car un essuie-glace endommagé peut donner lieu à une contre-visite du véhicule. Points bloquants lors d’un contrôle technique : – Non fonctionnement ou fonctionnement partiel d’un ou plusieurs essuie-glaces – Absence d’un balai (ou d’un essuie-glace complet) – Absence ou coupure du caoutchouc d’un balai sur au moins un cinquième de sa longueur

Des prix pour tous les budgets

De 3 € à 40 € : le prix d’un balais d’essuie-glace dépend notamment de sa marque (marque classique ou marque distributeur), de la qualité de son armature, du caoutchouc et de la technologie utilisée. Certains fabricants mettent en avant des technologies de réduction de bruit, pour un fonctionnement plus silencieux. Dans tous les cas soyez attentif : chaque modèle d’essuie-glace est compatible avec un ou plusieurs types de véhicules, listés sur l’emballage. Il est aussi possible de ne changer que les caoutchoucs, au lieu du balai entier. Procéder soi-même à cette opération est très simple : pas besoin de compétences particulières !

LLD-LOA : les essuie-glaces & la location 

Si votre contrat de location comprend une option maintenance, le remplacement des essuie-glaces est souvent compris dans cette offre (parfois avec une limite d’un changement par an).
Dans le cadre du contrat de location longue durée, vous devez vérifier que vos essuie-glaces ne sont pas défectueux ou cassés : les rendre en bon état est une obligation contractuelle lors de la restitution du véhicule.

 

Vous apprécierez aussi :
Comment entretenir ses essuie-glaces ?
Lavage hivernal : pourquoi votre véhicule en a-t-il besoin ?


Commentaire (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

    Mes spécialités ? Les équipements et l'entretien automobile et l'évolution de l'offre constructeurs en matière de mobilité professionnelle. Je vous dévoile tous mes secrets pour garder vos véhicules comme neufs et constituer un parc cohérent au regard de votre entreprise et de vos besoins. De quoi envisager plus sereinement la gestion de votre flotte automobile, quelle que soit la taille de votre entreprise !   

En savoir plus sur Antoine   

Des idées d'article ?

Cet article vous a plu ?

Recevez tous les nouveaux articles en avant-première
sur votre adresse e-mail

A voir aussi