Avec des statistiques toujours en hausse, le car-jacking n’est pas à sous-estimer. Quelques mesures sont bonnes à prendre pour éviter de tomber dans le piège d’un agresseur…

Restez vigilant… en toutes circonstances

Que vous soyez ou non au volant, ne laissez pas vos objets de valeur en évidence. Sac à main, ordinateur portable, smartphone… ayez le bon réflexe de les cacher, que ce soit en ville ou en dehors d’une agglomération.

Les véhicules sont aujourd’hui équipés de systèmes qui permettent la fermeture automatique des portes à basse vitesse. Laissez cette fonction active, ou enclenchez manuellement la fermeture si votre véhicule n’est pas équipé.

Si vous êtes victime d’une agression verbale, comment réagir ?

Un conducteur s’en prend à vous en vous insultant de tous les noms. Ne répondez pas ! Réagir vivement ne ferait qu’accentuer les tensions et pourrait être propice à des dérapages beaucoup plus graves. Si la raison n’est pas liée à un accident de la route qui vous oblige à remplir un constat amiable, alors continuez votre chemin en restant calme.

Et si vous êtes victime d’un car-jacking… ?

Défendre votre véhicule au prix de votre vie ne vaut pas le coup. Que vous soyez attaqué à main armé ou non, restez calme sans gestes brusques. Autant que possible, mémorisez chaque détail concernant l’agresseur qui fera irruption pour vous dérober des affaires ou le véhicule lui-même.

Préférez coopérer et engagez rapidement les démarches après l’agression :

  • signalez le vol du véhicule au commissariat ou à la gendarmerie dans un délai de 24 heures. N’hésitez pas également à vous faire accompagner des témoins de la scène et à recueillir leurs coordonnées ;
  • contactez ensuite la préfecture du lieu d’immatriculation du véhicule afin de faire opposition au certificat d’immatriculation ;
  • prévenez votre assureur dans un délai de 48 heures après le vol en fournissant l’attestation du dépôt de plainte et la déclaration de vol, ainsi que le certificat médical établi en cas de coups et blessures.
Après le vol, des solutions ?
Des systèmes de sécurité permettent de gêner la fuite du voleur avec votre véhicule. Déclenchés à l’aide de votre bipeur ou au bout de quelques kilomètres, ces systèmes réclament de suivre une procédure prédéfinie comme l’action simultanée de deux équipements tels que les clignotants et les essuie-glaces, par exemple. Si cette procédure n’est pas respectée, votre véhicule s’arrête, le klaxon et les clignotants s’enclenchent.

L’assurance vous couvre-t-elle ?

Comme pour n’importe quel type de vol de véhicule, l’assureur vous indemnisera en fonction des conditions définies au contrat qui vous lie (et si vous avez bien respecté l’obligation de mise en place de systèmes antivol) et sous réserve qu’aucune clause n’exclut le car-jacking des conditions d’indemnisation.

Veillez surtout à réagir très rapidement afin de ne pas dépasser les délais légaux. La garantie vol pourra prendre effet (en général un mois après) si le véhicule n’est pas retrouvé. Entre-temps, vous pourrez bénéficier d’un véhicule de remplacement si le contrat le prévoit.

Pourquoi le car-jacking est-il à la mode ?
Avec des systèmes de sécurité qui se perfectionnent, il est de plus en plus difficile de voler une voiture « à la roulotte » (à l'arrêt et sans conducteur), et les malfaiteurs privilégient donc de plus en plus souvent les attaques physiques. Les alarmes électroniques, les anti-démarreurs, les tatouages de vitres, les cannes de volant, ou encore les traceurs GPS ne résolvent donc pas tout...

A lire également :
Vol de véhicule : protection et prévention
Les vols de pots catalytiques explosent en France !


Commentaires (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  1. Marc Dolmen

    Excusez la naïveté de ma question, mais les voitures volées sont transmises aux enchères par qui exactement ?

  2. Benoit Magistrini

    Bonjour Marc, votre question est tout à fait légitime. Les véhicules volés sont centralisés et gérés par un organisme de l’Etat : l’AGRASC (Agence de gestion et de recouvrement des avoirs saisis et confisqués) qui met en vente au bénéfice de l’Etat les biens confisqués dont, pour 0,12% de la revente totale, des voitures.

    Mes spécialités ? Les équipements et l'entretien automobile et l'évolution de l'offre constructeurs en matière de mobilité professionnelle. Je vous dévoile tous mes secrets pour garder vos véhicules comme neufs et constituer un parc cohérent au regard de votre entreprise et de vos besoins. De quoi envisager plus sereinement la gestion de votre flotte automobile, quelle que soit la taille de votre entreprise !   

En savoir plus sur Antoine   

Des idées d'article ?

Cet article vous a plu ?

Recevez tous les nouveaux articles en avant-première
sur votre adresse e-mail

A voir aussi