Outil de travail et moyen de transport dédié : le véhicule utilitaire léger (VUL) accompagne chaque jour vos collaborateurs dans l’exercice de leur métier. Il est donc indispensable de vous assurer qu’il saura leur apporter au quotidien confort, sécurité et praticité.

Quels sont les critères à prendre en compte dès l’achat ou la location du véhicule ? Comment l’aménager dans les règles de l’art ? Et comment limiter les pannes ? Le point ici !

Les options et équipements essentiels

Dès l’achat ou la location d’un véhicule utilitaire léger (VUL), il est indispensable de vérifier qu’il assurera sécurité et confort à vos collaborateurs. Pour vous aider à faire le meilleur choix, différents critères doivent être pris en compte.

Les options indispensables

L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) recommande d’intégrer 4 catégories d’équipements indispensables à la sécurité du conducteur de VUL :

  • les systèmes de maîtrise de trajectoire : aide au freinage d’urgence (AFU, DBC, etc.), dispositif d’anti-blocage des roues (ABS, ABR, etc.) et dispositif de contrôle de trajectoire (ESP, DCS, etc.),
  • les airbags conducteur et passagers,
  • les dispositifs de retenue des charges (cloison de séparation et système d’arrimage),
  • les dispositifs de surveillance de pression des pneus.
Un dispositif d’aide financière est mis en place par l’Assurance Maladie – Risques Professionnels pour encourager les entreprises à bien équiper leurs VUL. Pour bénéficier de cette aide de 2 500 euros, plusieurs équipements doivent être installés lors de l’achat ou la location longue durée du VUL neuf :
- le dispositif d’antiblocage des roues du type ABS ou équivalent,
- le dispositif d’aide au freinage d’urgence du type AFU ou équivalent,
- le contrôle électronique de la stabilité du type ESP ou équivalent,
- les airbags passagers,
- la cloison de séparation pleine sur toute la largeur et la hauteur du véhicule et points d’ancrage, l’ensemble en conformité avec la norme NF ISO 27956,
- le limiteur de vitesse et bridage moteur à 130 km/h maximum.

Les équipements complémentaires

Au même titre que pour les véhicules particuliers, certains équipements peuvent être utiles dans les VUL pour améliorer le confort et la sécurité de vos collaborateurs :

  • limiteur de vitesse,
  • radar de recul et autres dispositifs d’aide à la manœuvre,
  • rétroviseurs électriques grand angle,
  • indicateur de surcharge,
  • aides à la navigation,
  • boîte de vitesses automatique,
  • climatisation,
  • sièges et volant réglables.

Les possibilités d’aménagement : un critère-clé !

Selon le métier de votre collaborateur (transport, réparation, dépannage, etc.), le VUL choisi devra faire l’objet d’un plan d’aménagement adapté, plus ou moins élaboré. Ce paramètre est à prendre en compte dès le choix du véhicule. Pour identifier les besoins du futur conducteur, il est intéressant de se poser quelques questions clés :

  • Quels sont les outils, pièces et matériaux transportés nécessaires à l’exercice du métier ?
  • Dans quelles conditions circule le véhicule ?
  • Quel est le conducteur et l’effectif transporté ?

Les clés d’un bon aménagement

Proposé en série et sans agencement spécifique par les constructeurs, tout véhicule utilitaire doit être aménagé de façon adéquate. L’objectif : offrir à vos équipes des véhicules parfaitement sécurisés et adaptés à l’exercice de leur métier.

Monter une cloison de séparation résistante

En aménageant une cloison séparant l’habitacle et l’arrière du véhicule, vous améliorez la sécurité du conducteur et de son passager. Les risques d’être écrasés sous le chargement du VUL en cas de freinage brutal sont en effet diminués par cette mesure. Installée par un aménageur professionnel, cette cloison de séparation doit être pleine, résistante (métal ou polyester moulé) et solidement fixée au sol pour supporter toute projection de charge en cas de choc.

Prévoir des rangements adaptés

Comme l’indique la Caisse Régionale d’Assurance Maladie, l’aménagement de rangements spécifiques à l’activité du conducteur permet « d’assurer sa sécurité, d’augmenter la capacité de chargement du véhicule et de libérer de la surface au plancher. » En outre, ces espaces de stockage bien pensés assureront la stabilité du chargement, tout en permettant à vos collaborateurs de retrouver facilement leurs outils et compenser la surcharge due à l’aménagement du véhicule par un meilleur équilibre.

Arrimer toutes les charges

Prévoyez des points d’ancrages fixes raccordés au châssis pour accrocher des sangles en fibres synthétiques et des filets d’arrimage qui caleront les charges transportées. Des tendeurs élastiques, qui ne pourront garantir le maintien de ces charges, ne sont pas autorisés selon l’article R. 312-19 du Code de la route.

Le matériel et les outils doivent être obligatoirement arrimés dans un fourgon (et même dans n’importe quel véhicule). Lors d’une collision, ils peuvent en effet devenir des projectiles très dangereux pour le conducteur et les passagers.

Veiller à l’ergonomie de l’aménagement

Lors de l’aménagement du VUL, il est indispensable de penser à :

  • faciliter les montées et les descentes du véhicule (poignées de tirage, portes adaptées, etc.),
  • organiser et concevoir des plans de travail pour simplifier les interventions de vos collaborateurs,
  • prévoir un éclairage d’ambiance et couvrant les postes de travail,
  • rendre accessibles les pièces et les outillages les plus utilisés,
  • mettre à disposition du conducteur des outils d’aide à la manutention des charges,
  • assurer la praticabilité des passages et des accès,
  • simplifier l’entretien des matériaux.

Maintenance et entretien

Comme tout outil de travail mis à disposition des salariés, le véhicule utilitaire doit faire l’objet d’un suivi et d’un entretien régulier. Vous assurez ainsi la sécurité de vos collaborateurs, tout en limitant les risques de pannes et ainsi le temps d’immobilisation du véhicule.

Pneumatiques : un organe-clé

Selon une étude de l’Institut National de Recherche sur les Transports et leur Sécurité, « l’éclatement de pneumatique des VUL est trois fois plus fréquent que sur les véhicules particuliers. » Equipements essentiels à la sécurité de vos collaborateurs, les pneumatiques doivent donc être choisis, avec l’aide d’un professionnel, en fonction de l’usage du VUL et de la nature des routes empruntées régulièrement (chantier, autoroute, zone urbaine, etc.). En cause ? Une pression non adaptée, entraînant un échauffement anormal et prématuré des pneumatiques et une conduite fréquente en surcharge altérant le comportement des pneumatiques. Restez vigilant et passez le mot à vos collaborateurs.

Tenir un carnet de suivi

Parmi les mesures de prévention de l’accident de la route au travail, la mise en place d’un carnet de suivi, pour chaque véhicule, permet à l’entreprise d’améliorer l’état de sa flotte de VUL et de réduire le risque de panne. Tenu par le gestionnaire et les conducteurs du véhicule (parfois nombreux), « ce document permet à l’entreprise de définir clairement les règles relatives à l’entretien du VUL en précisant les tâches de chacun : check-list de points à vérifier par le conducteur avant le départ, modalités d’usage du carnet de signalement des anomalies, modalités de maintenance et d’entretien (fréquence de contrôle, vérifications, nettoyage, entretien périodique.) ». La garantie d’un parc en bon état de fonctionnement !

Un programme d’entretien spécifique

Soumis à de fortes sollicitations (routes accidentées, charges importantes, détention plus longue…), l’état des VUL se dégrade en général plus rapidement que pour les véhicules particuliers. Si l’utilisation du VUL est intensive, il est recommandé d’accélérer et de renforcer le programme d’entretien. Vous éviterez ainsi, peut-être, des pannes prématurées mais pourtant évitables. Particulièrement pénalisante pour l’activité de l’entreprise, l’immobilisation des VUL de vos collaborateurs doit autant que possible être évitée !


Commentaires (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  1. Yoann Graci

    l’aide financière dont vous parlez est-elle toujours d’actualité ? Merci !

  2. Sophie Ropers

    Bonjour Yoann,
    Cette aide financière est toujours d’actualité, mais uniquement en Alsace Moselle, et prendra fin dans 14 jours ( le lundi 09/06/2014). Si vous souhaitez toucher les 2500 euros d’aide, je vous invite à vous rendre ici (http://www.carsat-alsacemoselle.fr/aide-financiere-simplifiee-afs-vehicule-utilitaire-leger) pour plus d’informations concernant l’offre elle-même. Mais agissez vite.

    Mes spécialités ? Les problématiques TPE, les Véhicules Utilitaires Légers, la sécurité mais aussi les nouvelles technologies. Vous avez une question relative aux problématiques liées à la gestion de flotte dans les petites entreprises ? Vous souhaitez en savoir plus sur l'évolution de l'offre Hi-Tech en matière de mobilité professionnelle ? Vous envisagez de mettre en place une politique de prévention routière au sein de votre structure ? Je mets toute mon expertise à votre service !   

En savoir plus sur Sophie   

Des idées d'article ?

Cet article vous a plu ?

Recevez tous les nouveaux articles en avant-première
sur votre adresse e-mail

A voir aussi